Internat du Lycée Galilée à Gennevilliers

Surface : 2.800 m² utiles.

Coût des travaux : 6.820.000 € HT

Maître d’ouvrage : Région Ile-de-France / SEQUANO aménagement

Équipe de maîtrise d’œuvre : JEAN DUBUS ARCHITECTE (François Genouvrier Architecte responsable de projet).

Le projet d’internat du lycée Galilée s’intègre dans un ensemble de bâtiments existants, et ambitionne de compléter le complexe éducatif en lui donnant une dimension supplémentaire. Le trait générateur du projet s’inspire librement des courbes voluptueuses du corps féminin, qui ont tant inspiré le maître Oscar Niemeyer. Il est également le complément en à-plat des ondulations des bâtiments existants.

L’échelle est fondamentale, et celle-ci doit s’ajuster aux voûtes monumentales des ateliers existants. La longueur de l’internat fait écho aux ateliers, l’un étant sensiblement l’expression d’une rotation de l’autre. Rez-de-chaussée plus deux étages : l’hébergement posé sur des pilotis qui abritent les locaux communs et des surfaces couvertes, galeries et préaux. Une large rampe ponctue le trait initiatique et accroche le projet à la terre, telle une ancre, et ménage un accès réservé aux internes adultes du BTS.

A l’Est, en arrière de l’internat, une petite forêt de pins est prévue, pour ajouter des verticales et des arbres à un site qui en manque. La perspective depuis la coulée verte adjacente est ainsi préservée et enrichie.

La structure en béton armé reprend, sur de grandes portées longitudinales, une dalle épaisse sur laquelle sont installés deux niveaux de structure mixte, béton (poteaux, poutres et dalles) et bois (façade légère). Cette disposition s’accommode sans difficultés des sinuosités imprimées aux circulations, et permet de réduire les charges en façade.

La couverture est un jeu de courbes en faisceau qui alterne les surfaces végétalisées, les bandes stériles et les nappes étanches de cellules photovoltaïques. Un vaste comble intégré au deuxième étage permet de libérer la toiture de tout ouvrage technique, et d’envisager une augmentation du nombre de chambres.

Les galeries intérieures s’évasent et se resserrent, ponctuées par deux jardins tempérés, climatiseurs naturels du bâtiment. Ces deux halls organisent les circulations verticales, et permettent de répartir les divers groupes d’internes avec une très grande simplicité, tout en permettant une surveillance aisée.

Pour répondre à la blancheur des bâtiments existants, la vêture est réalisée en Corian blanc, avec des panneaux de grandes dimensions au bel aspect satiné, au fini impeccable, durable sans entretien. Chaque fenêtre a son volet en Corian, qui se fond dans la peau du bâtiment une fois fermé.

Il en résulte une scénographie du crépuscule : lorsque le bâtiment pédagogique est clos pour la nuit, l’internat s’éveille. Chaque volet, fermé le jour, s’ouvre le soir avec la lumière du chevet.