Centre de secours et logements à Ivry-sur-Seine

Maître d’ouvrage : Préfecture de Police de Paris / Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris.

Équipe de maîtrise d’œuvre : Jean Dubus Architecte, François Genouvrier responsable de projet. ETCO BET structure, SEGC BET fluides, Charby BET électricité, Poncet économiste, Alexandre Chapus signalétique.

Entreprises de construction : Léon Grosse (Gros-oeuvre et corps d’états secondaires), Emulithe (VRD), Falleau (Espaces verts), Hervé Thermique (CVC-plomberie), Bentin (électricité), Otis (ascenseurs).

Surface : 4.240 SHON – Coût des travaux : 9.800.000 € HT.

Photos: Martin Argyroglo – http://archi.martin-argyroglo.com

Concours réalisé en 2008, projet lauréat. Études de 2008 à 2009, chantier de 2012 à 2014.

Cette opération visait le déplacement de l’ancienne caserne d’Ivry, devenue vétuste, vers un nouveau terrain, et l’ajout de logements pour les familles des pompiers.

Le nouveau bâtiment est marqué par la création d’un « bois levé », qui tend ses lignes vers le ciel en terrasse. La pinède, symbole du feu, est ici un filtre rassurant, gommant les vis à vis et offrant au quartier un signal singulier et paisible : plus de 500 m² de respiration végétale donnée à la ville qui en manque cruellement, comme un rappel de l’architecture verte de Jean Renaudie.

Une bonne fonctionnalité, c’est du temps gagné sur l’intervention, et du temps gagné pour la détente au retour du feu. Il est donc impératif d’organiser parfaitement l’urgence, de hiérarchiser les différents espaces (zone véhicules, zone public, administration, casernement, logements) et de les innerver de circulations efficientes.

L’architecture joue un rôle important dans ces dispositifs puisque qu’elle permet de stratifier les fonctionnalités, de les rendre lisibles et connexes sans percussions ni débordements entre elles. Le rez-de-chaussée comprend les alvéoles des engins, le poste de veille opérationnelle et l’accueil public, les vestiaires, le gymnase, et les accès piétons et véhicules. Le casernement et les espaces de vie des pompiers se situent à l’étage, dans le volume blanc en porte-à-faux sur la rue. A l’arrière du bâtiment se situe la cour et la tour d’exercice.

Au niveau du bois commencent les 3 étages des 17 logements, dont 11 duplex. Les appartements sont tous traversants, avec des terrasses donnant sur le bois levé, et accès par une coursive coté cour.

La confiance accordée par la maîtrise d’ouvrage tout au long de l’opération a permis de pousser la conception jusqu’aux moindre détails, de de développer un vocabulaire cohérent, depuis les façades jusqu’à la signalétique.